Entretien avec Gelongal Bah sur AIDES TV

Apparu dans les années 1990, le terme de communautarisme désigne toute forme d’auto-centrisme d’un groupe religieux ou ethnique valorisant ses différences avec le reste de la société. Appelé aussi repli-communautaire,  le communautarisme signifie que les membres d’une communauté (ethnique, religieuse, géographique, etc.) se replient sur eux-mêmes, vivent entre eux, s’isolent au lieu de s’intégrer au sein du groupe plus large auquel ils appartiennent.

Ce qui fragilise le lien social en ce sens que c’est toujours l’autre que l’on croit être à l’origine de ses problèmes.  Dans ce genre de situation, les différences culturelles sont souvent, perçues comme un obstacle à l’intégration, sinon comme un signe de son refus, alors qu’elles devraient être prises comme étant une richesse inestimable.

Ce terme de «communautarisme» n’est pas trop différent d’un autre terme utilisé au niveau macro «nationalisme», qui désigne aussi des mouvements politiques déclarant vouloir exalter une nation sous toutes ses formes (État, culture, religion, ethnie, langue, histoire, traditions, préférence nationale pour l’emploi, etc. ), par opposition aux autres nations et populations.

Selon Romain Gary dans son livre  intitulé Éducation européenne, le nationalisme est aux antipodes du patriotisme, en ce sens que, selon lui, «le nationalisme, c’est la haine des autres, alors que le patriotisme, c’est l’amour des siens».

Terme beaucoup plus utilisé par les hommes de tenues, le patriotisme n’est pas loin de la citoyenneté qui est «un lien social établi entre une personne et l’État. Lien qui rend cette personne apte à exercer l’ensemble des droits politiques attachés à cette qualité sous réserve qu’elle ne se trouve pas privée de tout ou partie de cet exercice par une condamnation pénale (privation de droits civiques»

Poète, écrivain, conférencier, Djiby Ba plus connu sous le pseudonyme de Gelongal Ba (du nom de cet oiseau intelligent, courageux et à la belle voix) a bien voulu accepté notre invitation pour parler, entre autres, de culture, de promotion des langues nationales, d’inclusion sociale, d’accès aux droits, d’esprit de solidarité, d’exercice des droits civiques mais aussi de la prise de responsabilité. Termes qui sont indissociablement liés à la citoyenneté et à ses principes.

Partagez sur :