Recherche pour :
Soyons vigilants, Le Sida est toujours là

A l’occasion de la célébration de la journée mondiale de lutte contre le SIDA, le Collectif des Personnes Vivant avec le VIH a interpellé tout le monde sur le fléau et invité tous et toutes à redoubler de vigilance, parce que le SIDA est toujours là.

Cet appel a été motivé par la psychose créée par le COVID 19 qui a fait oublier qu’il y a un autre fléau qui continue de planer sur le monde et que certains et certaines ont commencé à négliger.

Ainsi, selon Sy Harouna, Président de l’Association des PVVIH du Gorgol (Mauritanie) «faire son dépistage ne coute rien, mais permet à la personne de sauver sa vie ainsi que celle des autres.Contrairement aux croyances, être séropositif ne signifie pas mort subite. Avec les Antirétroviraux, les personnes testées positives peuvent vivre normalement leur vie sans être inquiétées et épargner celle de leurs prochains».

CORONAVIRUS – Restons vigilants, l’ennemi est toujours là

Couvre feu levé, mesures barrières et de distanciations physiques allégées, les impudents pourraient penser à la disparition du Coronavirus. Ce qui est loin d’être le cas. Raison pour laquelle, fidèle à ses engagements l’ONG AIDES (Appui aux Initiatives de Développement Economique et Social), à travers son unité audiovisuelle AIDES-TV, continue de sensibiliser les populations qu’elle continue de conscientiser en leur rappelant, à chaque fois, la nécessité de :

  • Continuer à respecter les mesures barrière en portant des masques
  • Continuer à appliquer la distanciation physique en saluant sans donner la main
  • Respecter les mesures d’hygiène (lavage des mains avec de l’eau et du savon, utilisation des gels hydrologique)
  • Mais aussi et surtout, se faire vacciner le plus rapidement que possible avant qu’il ne soit trop tard.
Honorable député Mariame Couro Ba, Un exemple de solidarité Citoyenne

La citoyenneté est caractérisée par trois éléments. La civilité, le civisme et la solidarité. Même si tous ceux qui parlent Français peuvent définir ces mots, rares sont ceux qui en connaissent la vraie signification.  En attendant de revenir sur les autres termes, mettons l’accent sur la solidarité. Pour cela, nous l’illustrons par le proverbe africain selon lequel : «il faut savoir aider les faibles, si vous voulez que les forts vous aident ».

En effet, le monde est ainsi fait. Il y a ceux qui vivent dans l’opulence, d’autres qui ont juste de quoi vivre et faire vivre leurs familles, pendant que d’autres vivent dans la pauvreté. Non pas parce qu’ils n’ont pas cherché à s’en sortir, mais bien parce que le destin en a décidé ainsi. D’où la multitude de mandants que nous rencontrons, le plus souvent, dans les rues de nos capitales. Et que dire si tout le monde avait fait comme cette dame, pour qui, « tout partager est tout à fait naturel»? C’est exactement le pari qu’a réussi cette dame au grand cœur, qui a compris qu’elle a une mission que Dieu lui a donné en la dotant des moyens nécessaires pour son exécution.

«Al Hamdu Lillaah, Le Bon Dieu a beaucoup fait pour moi, et Il ne m’a jamais remis une facture. Je me suis dis alors, que c’est peut-être une mission qu’il m’a donnée. Mission consistant à aider ceux qui en ont besoin, au lieux de les voir souffrir pendant que qu’Il m’a donné les moyens de les aider ». Ces paroles sont de l’honorable député Mariame Couro Ba qui a bien voulu accordé cette interview à AIDES-TV. C’était suite à une décision qu’elle a prise de prendre en charge la scolarité de dix enfants orphelins (filles et garçons) de l’école fondamentale au Baccalauréat. Un exemple de solidarité citoyenne à suivre, n’est-ce pas.

Femme et esprit d’entreprenariat

Nous parlons souvent de parité, de droits des femmes et de la discrimination dont elles sont victimes. En effet, la femme a toujours été considéré comme être inférieur, aussi bien par la société traditionnelles que par certains hommes qui, voulant maintenir leur domination, interprètent les textes religieux à leur manières et selon ce qu’ils voudraient que ces textes disent.

Ce qui empêche les femmes mêmes de chercher à savoir ce que sont leurs droits et, surtout, savoir comment les réclamer de manière pacifique. En effet, force est de reconnaitre, aujourd’hui que les femmes, compte tenu de leur supériorité numérique dans tous les pays, constituent un poids électoral très important. Faiseuses de rois, ces reines potentielles ne l’ont jamais été parce que manquant de plusieurs compétences mais aussi et surtout de prise de conscience sur ce que pourrait être leur rôle dans le développement, aussi bien local, que National.

Fatimata Abdoulaye Gacko, agent de développement à Boghé, au Brakna, revient ici sur la nécessité pour les femmes de prendre conscience de leurs rôles et d’œuvrer dans le sens de leur autopromotion. Ce qui passe par une bonne organisation mais aussi par des renforcements continue de capacités de gestion et surtout, d’esprit de d’entreprenariat.

Aides-mauritanie.net

Citoyenneté et développement local

Le développement local est une dynamique qui met en évidence l’efficacité des relations non exclusivement marchandes entre les citoyens pour valoriser les richesses matérielles et immatérielles dont ils disposent. Le concept de développement local et les pratiques qui s’y rattachent se caractérisent par la multiplicité des discours et des programmes, tour à tour complémentaires et contradictoires.

Le développement local, c’est aussi la prise en compte, au sein d’un projet concerté et défini, de l’ensemble des dimensions économiques, sociales, environnementales, et de leurs interactions sur un territoire. C’est un processus dynamique qui nécessite l’implication de nombreux acteurs sociaux et économiques d’une zone : les populations elles-mêmes d’abord, leurs organisations et associations locales diverses (producteurs, association de parents d’élèves, comités de gestion villageois, etc.), entreprises, petites et grandes, communes, élus, ONG nationales et internationales évoluant dans la zone, chefs traditionnels, communautés religieuses, sociales et culturelles, etc.

S’il est bien mené, le Développement Local permet aux communautés de devenir responsable de l’intervention de développement. Pour concourir à la satisfaction des besoins prioritaires d’une communauté, il doit tenir compte du type de questions suivantes :

  • Que voulons-nous ?
  • De quelles ressources disposons-nous ?
  • Comment pouvons-nous utiliser nos ressources pour obtenir ce que nous voulons ?
  • Que se passera-t-il lorsque nous aurons obtenu ce que nous voulons ?
  • Quels sont les principaux problèmes que nous affrontons dans nos domaines d’activités respectives?
  • Quelles sont les plus fortes pressions auxquelles les gens de la communauté doivent faire face ?
  • Quelles choses simples pourrait-on faire pour améliorer la situation ?
  • Si vous pouviez changer une seule chose dans cette communauté, que serait-elle ?
  • Pourquoi ?

Visant la dignité humaine, le développement local doit créer un environnement dans lequel les individus peuvent développer pleinement leur potentiel et mener une vie productive et créative en accord avec leurs besoins et leurs intérêts

C’est ainsi qu’il ya nécessité de respecter les différents principes généraux que sont, entre autres,

  • La Transparence
  • L’Ethique
  • La Participation citoyenne
  • adopter un certain nombre d’approches dont les principales sont :
  • Une Approche globale, intégrée et transversale
  • Une Approche professionnelle
  • Une Approche Territoriale

Ces principes sont à respecter, quelques soient la perception du Développement local dont on tient compte. Il y ‘en a deux, essentiellement :

Selon la perception technique, le développement Local est un processus qui vise à améliorer la situation d’un territoire des points de vue économique, social, environnemental et culturel, à partir de l’analyse des intérêts, des besoins et des initiatives de différents acteurs locaux (publics et privés), et par la mise en place d’actions cohérentes concertée entre ces différents acteurs.

Selon la perception politique, le développement Local, c’est la volonté politique de certains acteurs de changer la situation du territoire sur lequel ils vivent en entamant un processus et des actions en vue de construire, par leurs efforts conjoints avec le reste de la population, un projet d’avenir du territoire intégrant les différentes composantes économiques, sociales, culturelles et en articulation avec les autres niveaux de décision et d’action

Aides-mauritanie.net

Mauritanie – Interview avec Sy Harouna, Président de l’Association des « personnes vivant avec le VIH Sida »

«SIDA, Le SIDA est là. SIDA, SAID, SIDA, le SIDA tue». Ceci est un extrait d’une chanson du grand artiste panafricain Alfa Blondy. C’est dire que nous ne devons pas baisser les armes, face à un ennemi invisible, mais dangereux. La vigilence reste de mise. Toutefois, n’ayons pas peur d’aller nous faire dépister, dans la mesure où on peut en tirer que des avantage.

• est séropositif, on saura comment gérer sa vie et préserver son entourage du dangers
• On est séronégatif, on saura comment se protéger pour éviter de tomber dans le piège de l’ennemi.
Alla a dit «Protégez-vous, et Je vous protège»

Prix d’excellence – La HAPA célèbre les meilleurs journalistes de l’année 2021

La Haute autorité de la presse et de l’audiovisuel (HAPA) en Mauritanie a décerné ce qu’elle a appelé «prix d’excellence» aux meilleurs journalistes de l’année 2021, à l’issue d’un concours de reportage audio, audio-visuel et écrit, sur le COVID 19.

La cérémonie a eu lieu à Nouakchott, en présence du Ministre de la Culture, de la Jeunesse et des sports, porte parole du gouvernement, mais aussi du Ministre de la Santé.


Ce quinzième concours annuel a, cette année, la particularité de faire participer les journalistes travaillant dans les langues nationales (Pulaar, Soninké et Wolof).

A cet effet, la coordination des Associations de langues et la plateforme des journalistes en langues nationales remercient vivement la HAPA tout en émettant le souhait de voir continuer, cette participation de toutes les composantes du pays, qui, sans aucun doute, contribuera indéniablement au renforcement de l’Unité Nationale et de la cohésion sociale tant souhaité par les pouvoirs publics.

Nous ne pouvons terminer sans féliciter notre collègue Racky Bocar Ba qui a honoré AIDES-TV en remportant le premier prix de Reportage audiovisuel en Pulaar.

Retour sur l’inauguration de la Maternité de Sorimalé

Dans le cadre de son programme d’appui à la santé des populations, la commune de Niabina-Garlol, en collaboration avec des organisations de la société civile locales a, le 07 juillet 2021, réceptionné la maternité de Sorimalé construite grâce au financement du Gouvernement du Japon.

Présidée par le Hakem de la Moughataa de Mbagne, La cérémonie d’inauguration a eu lieu en présence de son Excellence l’Ambassadeur du Japon en République Islamique de Mauritanie.

Elle a été marquée par plusieurs festivités dont une démonstration de «Daay-daare» qui est un jeu consistant à décorer une pirogue qui fait des parades sur le fleuve, une soirée artistique animée par la troupe théâtrale de Sorimalé et, bien sûr, une journée de consultations gratuite qui a connu l’affluence des populations des villages environnants.